Le jeûne : une régénération du corps et de l’esprit

Le jeûne : une régénération du corps et de l’esprit


Le jeûne, un mot qui nous renvoie aux souvenirs de famine, à la peur du manque ou qui peut également évoquer la mort. Pourtant sa symbolique est toute autre, si ce terme a bien un rapport avec la mort, c’est la mort de ce qui, en nous, est lésé, abimé ou inutile au profit de ce qui nous est essentiel, c’est la description du processus physiologique d’autolyse à l’œuvre dans notre corps lors d’un jeûne. Ce terme autolyse (du grec auto- « soi-même » et/ lusis « dissolution ») symbolise le nettoyage s’opérant dans le corps mais aussi dans l’esprit du jeûneur. On comprend ainsi mieux pourquoi le jeûne a de tout temps été loué par les traditions et diverses religions. Le jeûneur peut être comparé à un pèlerin dans le sens alchimique du terme, c’est à dire celui qui marche pour se peler de ses peaux superficielles et usagées en quête de son identité véritable. Un voyage introspectif à la rencontre de ses émotions, de ses ressentis et de sa propre essence. 

Ses vertus sur le plan physiologique sont multiples, c’est un grand ménage intérieur qui s’effectue dans le corps, lors d’un jeûne. Les déchets et toxines qui se sont accumulés au fil des années sont remis en circulation pour être évacués par les différents émonctoires du corps. Au cours de cette phase, Foie, Reins, Poumons, Colon, et Peau sont particulièrement actifs dans leur rôle d’excrétion où il est possible de ressentir des symptômes de détoxination. L’ensemble du corps est stimulé dans un travail d’élimination qui prend place au cœur des organes, pour permettre le recyclage des toxines. Un temps où il est bénéfique de mettre corps et esprit au repos ou en marche contemplative.

Durant ce temps de pause digestive, ce sont les forces de vie curatives de la nature qui opèrent. Un processus de régénération cellulaire est minutieusement orchestré par le corps selon les besoins premiers de rénovation. Jeûner revient à confier à la sagesse de son corps le soin d’œuvrer pour manifester la pleine santé.  

Ses effets physiologiques viennent révolutionner le champ même de la science qui estime selon une étude Californienne récente (1), parue dans la prestigieuse revue scientifique Cell, que le jeûne induit la régénération des cellules bêta du pancréas créatrices d’insuline et ainsi, permettrait d’inverser le diabète de type 1 et 2, pathologies considérées, jusqu’à aujourd’hui, incurables par la médecine moderne.

Quelques siècles avant Jésus Christ, le jeûne était déjà préconisé par Hippocrate, le père de la médecine moderne. On redécouvre aujourd’hui scientifiquement, l’intérêt de faire usage du jeûne dans la prévention et le traitement de nombreuses pathologies du monde moderne : hypertension, surpoids, sclérose en plaques, diabète, maladies cardiovasculaires, maladies auto-immunes, cancers etc… Des cliniques en Allemagne, Suisse et en Russie se sont spécialisées dans le jeûne thérapeutique pour traiter plusieurs de ces maux.

Il est évident qu’en cas de maladie chronique et de médicamentation lourde, il revient à la personne concernée de s’informer auprès de professionnels pour choisir elle-même en conscience, si elle est en capacité de jeûner. C’est un choix qui doit être pris sans pression de résultat ni de durée, en restant à l’écoute de soi et de ses besoins, pour vivre consciemment et joyeusement la manifestation de ce processus de guérison qui opère à chaque instant.

Les formes de jeûne existantes sont multiples et chacune d’elles comporte ses spécificités et ses vertus :  jeûne intermittent, jeûne hebdomadaire, jeûne prolongé etc… Une diversité de formats qui peuvent être intégrés à notre mode de vie pour incarner la pleine santé.

(1) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28235195

Benjamin LOTIN

Sur le même thème :

Naturopathie, un art de vivre

Plongez au coeur de la naturopathie, cet art de vivre s'appuyant sur une synthèse de méthodes naturelles au service de la santé. Découvrez ses origines, ses fondements, ses principes élémentaires et leurs modes d' applications pour optimiser sa santé dans toutes ses...

lire plus

La vie en abondance

Le corps répond à quatre lois de base primordiales : respirer, se nourrir, dormir et éliminer. Pour Irène Grosjean, naturopathe depuis 55 ans, l'alimentation joue donc un rôle essentiel : il s'agit d'offrir à son corps le carburant qui lui est le plus adapté. Cette...

lire plus

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Le Riz et le Tournesol germés, quels cadeaux !

Le Riz et le Tournesol germés, quels cadeaux !

 Jeunes pousses de tournesol germé

LE RIZ GERME, UN TRESOR NUTRITIONNEL

De la famille des Céréalesla graine germée de riz est cultivé depuis 2800 ans av J-C en Chine. Pour la germination, on utilise du riz non décortiqué (riz paddy) et séché à l’air ambiant (les graines de riz séchées au mazout ne germent  pas !)
Après 24h de trempage, les graines de riz ont besoin de trois jours pour germer. On utilisera des bocaux avec étamine placés à 45 degrés, avec rinçage deux fois par jour. Après la germination, les grains de riz restent fermes, mais contrairement aux idées reçues, parfaitement mangeables crus, par exemple sur une salade. On peut aussi faire sécher le riz germe dans un déshydrateur pendant 6 heures, en veillant toujours à ne pas dépasser les 60°, pour le réduire en farine en vue de faire de la crème de riz en y ajoutant de l’eau, et comme épaississant dans les soupes et sauces. 

On trouve du riz germé en poudre dans de nombreuses préparations disponibles en magasins diététiques.

Pour moi le riz germé est lié à l’histoire de Joseph BON, un riziculteur de Camargue. Quand je l’ai rencontré, il avait 74 ans et les artères de son cœur étaient presque toutes bouchées. Les chirurgiens lui avaient proposé de faire des pontages mais l’idée de devoir vivre avec des artères en plastic et des anticoagulants à vie ne l’enchantait guère. Il vint me trouver et je lui parlais de la voie naturopathique, qui consiste à aider le corps à se guérir lui-même en respectant les lois de la vie. Il accepta de renoncer à la bonne cuisine française qu’il avait connue depuis son enfance et découvrit le jeûne, des cures de graines germées de tournesol et les ressources de la médecine holistique. Quelques mois plus tard, le vieux riziculteur fatigué et malade avait fait place à un jeune homme dynamique, en pleine santé et plein d’enthousiasme pour la vie ! En ayant pu constater sur lui-même le pouvoir régénérant des graines germées, il voulut faire germer le riz qu’il produisait. Echec, car son riz, séché rapidement dans des fours au mazout, refusait de germer. Il mit alors au point des séchoirs à l’air ambiant et, même si cela prenait un peu plus de temps, ce riz germait facilement. Joseph BON devint le spécialiste du riz germé ! Avec sa joie de vivre contagieuse, il convainquit un chercheur de l’INRA de faire une étude sur la valeur nutritive du riz germé. Quelques mois plus tard, le chercheur produisit  un rapport dithyrambique sur les vertus du riz germé, riche en minéraux, en oligoéléments, en vitamines B1, B2, B3, B9, en acides aminés, antioxydants et autres substances naturelles précieuses pour  notre organisme. En un mot, le riz germé, c’est de l’or pour notre santé, un super aliment qui peut éviter toutes les carences dues aux aliments cuits. Joseph BON était aux anges et il m’annonça la nouvelle avec les accents chantants de sa Camargue ensoleillée. Hélas, la suite est plus dramatique : quand le chercheur présenta le fruit de son travail au comité de l’INRA en montrant qu’on avait le moyen de transformer la vie de millions de gens qui mangent du riz en évitant les carences nutritionnelles par un petit apport de riz germé, les membres dirigeants dirent : « Enterrez ce rapport au fond d’un tiroir, car cela pourrait mécontenter les multinationales agroalimentaires et pharmaceutiques ! »

Josep BON était atterré. Les intérêts financiers des industriels passent-ils donc avant la santé des populations ?

Edmond Bordeaux Szekely, cet auteur qui a fait connaître les enseignements esséniens, a rencontré un jour le président du Mexique, qui lui faisait part de sa préoccupation devant l’étant nutritionnel catastrophique de milliers d’enfants de ce pays. Avec tranquillité et bonhommie, le professeur Szekely répondit : «  Vous ne pouvez pas changer d’un coup les habitudes alimentaires de vos concitoyens, mais si vous imposiez de mettre un peu de graines germées broyées et séchées dans chaque sac de maïs avec lesquels les Mexicains vont confectionner leurs tortillas, la situation pourrait rapidement changer ! »

Avec cette mesure simple, l’état nutritionnel des populations, et notamment des enfants, connut une amélioration spectaculaire en très peu de temps.

Avec le riz germé, la santé de millions de gens pourrait se trouver merveilleusement transformée…Mais encore faut-il que l’information circule, ce qui se heurte aux dogmes que les multinationales imposent sur toute la planète.

Hier encore, j’ai vu des parents à Tuléar, Madagascar, amener leur enfant de sept ans à l’hôpital pour une banale angine et en ressortir avec une ordonnance pour un anti fièvre, le paracétamol ( un des médicaments les plus vendus au monde et dont la toxicité est impressionnante), un antibiotique puissant et de la quinine ! Et, bien sûr, pas un mot sur le fait que la fièvre est le meilleur antibiotique qui existe, qu’un jour ou deux de jeûne ou un lavement intestinal permettent au corps de se guérir lui-même. Pas un mot d’éducation nutritionnelle. Pas un mot sur le fait que l’antibiotique prescrit va bloquer le système immunitaire pour deux semaines au moins…

Hippocrate, sur l’île de Cos, disait il y a plus de deux mille ans : «  Que l’aliment soit ton médicament ! » Sagesse universelle qui a été écartée au profit du tout-chimique. Le profit des multinationales est prioritaire, tant pis pour les populations !

Puisse-t-il venir enfin ce temps où, grâce à des informations simples, chacun pourra apprendre à gérer sa santé, délivré des dogmes d’une diététique quantitative périmée !

La santé de tous ne viendra pas des campagnes de vaccination de la fondation Bill Gates, ni des aliments industriels dévitalisés, ni des remèdes chimiques des industriels de la pharmacie. Elle viendra d’une prise de conscience du fait que notre corps sait se guérir lui-même, à condition de disposer des éléments nutritionnels essentiels à son bon fonctionnement.

Dans cette optique, les graines germées sont un trésor exceptionnel, un cadeau de la Mère Terrestre et du Père Céleste puisqu’en elles toutes les lois de la Vie se trouvent exposées et offertes aux êtres humains. Si le riz germé peut changer la vie des peuples qui consomment cette céréale, pour l’Occident, la reine des graines germées est le tournesol.

TOURNESOL GERME : UNE CURE DE SANTE MERVEILLEUSE !

Il y a quelques années, j’ai rencontré un Ethiopien qui était alors l’un des meilleurs coureurs de marathon du monde. Il avait découvert empiriquement qu’en ne mangeant que des céréales germées pendant les trois semaines précédant une compétition, il pouvait courir d’une manière extrêmement rapide et sans fatigue. Je me rappelle également une dame de soixante-seize ans, Nadia, qui souffrait de multiples problèmes de santé. Ayant lu un livre consacré aux graines germées, elle décida de ne manger que du tournesol germé pendant quelques jours. Après trois jours, la plus grande partie de ses troubles avaient déjà diminué et ceci l’encouragea à continuer. À la fin de la première semaine elle se sentait si bien qu’elle décida de continuer une semaine encore… De fil en aiguille, elle ne consomma que du tournesol germé pendant six mois. Le résultat fut un rajeunissement extraordinaire de tout son corps. Un jour elle me dit :

-Je crois que je vais recommencer à travailler !

Je fis une moue en disant :

-Nadia, à votre âge, vous n’y pensez pas !

Elle me foudroya du regard :

-Docteur Schaller, partez ! Je n’aime pas votre attitude défaitiste ! Vous devriez mieux lire vos livres sur la pensée positive !

Quelque temps plus tard, elle m’annonça être engagée comme coach de vie saine chez un riche homme d’affaires ! Voyez jusqu’où le tournesol germé peut mener !

À Boston, un groupe d’étudiants fut testé à la fois physiquement et intellectuellement pendant une période de six mois, durant laquelle ils ne mangèrent que du tournesol germé. Ces étudiants ne souffrirent d’aucune carence et leurs performances athlétiques et mentales augmentèrent de façon importante. Tous affirmèrent qu’ils ne s’étaient jamais sentis aussi bien… Mais qu’ils avaient eu du plaisir à retourner au restaurant après ce « temps santé » !

Pour se délivrer d’une alimentation industrielle toxique, il est précieux de découvrir ces aliments qui apportent santé et immunité : les graines germées. D’innombrables personnes leur doivent d’avoir retrouvé leur santé perdue, de nombreux sportifs d’avoir amélioré leurs performances d’une façon spectaculaire et bien des individus ont vu fleurir leur vie spirituelle lorsque leur corps se purifiait.

Ces aliments représentent le moyen idéal pour faire cesser la faim dans le monde. En effet, à partir de la même quantité de céréales, on peut nourrir vingt fois plus de gens avec des graines germées qu’avec de la viande ! Sachant que l’on produit un kilo de céréales par habitant de la Terre et par jour, on comprend le drame de donner ces céréales à des animaux dont la viande va rendre malades les habitants des pays riches tout en condamnant à la famine les habitants des pays pauvres !

Dans les graines germées, les acides aminés (qui constituent, lorsqu’ils sont mis bout à bout, les protéines) sont apportés à l’organisme avec toute une série de substances biologiques vitales qui facilitent leur assimilation et leur bonne utilisation. L’introduction progressive de graines germées dans l’alimentation permet de diminuer facilement la consommation de viande sans souffrir de réactions de sevrage. Comme étape préliminaire à la germination des graines dans des bocaux et avec un égouttoir, on peut commencer ses expériences d’alimentation vivante par le tournesol germé. C’est une graine extraordinaire, très facile à préparer.

Voici comment  Nadia explique son utilisation : « Prenez chaque soir quelques cuillerées de ces graines décortiquées, rincez-les bien et mettez-les à tremper avec tendresse et confiance dans un joli vase en verre ou en cristal. Pas n’importe quel pot de marmelade ou de cornichons trouvé dans la cuisine ! La propreté, la beauté et surtout la confiance dont vous entourerez les graines vous seront rendues au centuple. Ne dérangez pas, par votre doute ou votre indifférence, le merveilleux travail de la nature, cette osmose de la matière avec l’esprit. De la pousse d’herbe au mouvement des planètes, tout vit et évolue à la cadence d’un rythme parfaitement bien orchestré. Ces graines ne sont ni médicament ni aliment. Elles sont le cosmos tout entier, avec ses forces immuables qui traversent notre corps, le purifient et le vivifient.

Laissez donc tremper vos graines jusqu’au matin suivant. Ensuite ne les consommez pas n’importe où ni n’importe comment. Prenez votre temps ! Rincez vos graines très soigneusement et laissez partir une grande partie  des petites peaux transparentes qui montent à la surface (elles ne sont pas toxiques mais leur goût n’est pas agréable si elles sont en trop grande quantité).

Asseyez-vous confortablement dans un endroit d’où vous pouvez voir le ciel et les arbres, écoutez une musique que vous aimez et mâchez vos graines avec patience et reconnaissance. Pour ressentir les bienfaits de cette cure, suivez-la régulièrement pendant un temps suffisant pour qu’elle fasse son effet. Donc patience et confiance. Ne mangez que lorsque vous avez faim, en sentant la quantité adéquate. En général quelques cuillerées suffisent à se sentir rassasié à un niveau profond. Vous aurez ainsi beaucoup de temps pour danser, chanter, jouer et rêver ! Les résultats ne se feront pas attendre longtemps. La vie devient plus simple, le travail plus intéressant, ceux qui vous entourent plus agréables et votre corps se révèle un ami qui est là pour vous aider à découvrir le plaisir de votre séjour ici-bas. »

Après une cure de tournesol, vous pourrez très facilement commencer un jeûne, qui représente l’une des thérapies les plus puissantes qui existent et aussi un outil d’ouverture spirituelle extraordinaire.

Au tout début du christianisme, les communautés des Esséniens étaient répandues dans tout le Moyen-Orient. Gardiens de traditions anciennes de sagesse et de santé, les Esséniens étaient des thérapeutes qui, bien que vivant parfois en plein désert, jouissaient d’une santé remarquable grâce à leur connaissance des lois de la vie et à leur utilisation, sur le plan alimentaire, des graines germées. C’est dans leurs communautés que Jésus grandit.

Dans toutes les grandes civilisations, au moment de leur période d’expansion, les graines germées ont été utilisées, procurant à tous une vitalité et une vigueur assurant le développement de la société. Lorsqu’une civilisation commence à aller vers son déclin, les habitudes alimentaires s’alourdissent et les graines germées tombent en désuétude.

Ainsi  l’empire romain s’est construit grâce à la force physique des légionnaires, dont l’aliment principal était une poignée de blé germé qu’ils mettaient dans leur poche et mâchaient tout en marchant ! Lorsque les plats cuisinés sont apparus, les légionnaires ont pris du poids et leur vigueur a diminué au point de permettre peu à peu la disparition de l’empire. De même, de nos jours, la civilisation du boeuf et le fast-food sont amenés à laisser place à une civilisation planétaire pacifique et respectueuse des lois universelles de la vie. Dans mon livre Rétablir l’harmonie avec le peuple animal je montre à quel point nos habitudes destructrices envers le peuple animal sont à l’origine d’un grand nombre des maux dont souffrent nos sociétés soi-disant civilisées, tant sur le plan de la santé des populations que sur le plan de notre relation avec le monde vivant, cette relation que les chamanes, depuis la nuit des temps, ont toujours chéri et nourri de leurs pensées et de leurs rituels sacrés. Car le fameux commandement : « Tu ne tueras point ! » est l’un des fondements éthiques fondamentaux, avec celui « Ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas qu’on te fasse

À la fin du moyen âge, de nombreux capitaines voulaient entreprendre des navigations au long cours pour découvrir le monde. Hélas, ils étaient tous arrêtés par ce que l’on appelait la “ barrière du scorbut» : après un mois de mer environ, l’équipage était décimé par cette terrible maladie due au manque de vitamine C. Trois navigateurs trouvèrent les secrets leur permettant d’aller plus loin. Vasco de Gama, Magellan et le Capitaine Cook découvrirent comment naviguer pendant plusieurs mois sans que leur équipage soit atteint par le scorbut. Pour l’un, ce furent les graines germées qui apportaient de la vitamine C en abondance. Pour un autre, ce fut l’utilisation d’Amaroli (Lire Testez l’urinothérapie). Pour le troisième, ce fut l’utilisation du chou fermenté (choucroute) qui permet de produire de la vitamine C pendant des mois. Il est intéressant de remarquer que ces trois secrets (qui à l’époque étaient protégés comme secrets d’état), correspondent à trois moyens de santé dont l’efficacité n’a jamais cessé d’être présente au long des siècles. Ils ont permis à d’innombrables malades de retrouver la santé. Les autres graines germées son tout aussi valables sur le plan santé mais, contrairement au tournesol qui germe déjà après une nuit de trempage, elles demandent quelques jours de préparation avec des bocaux et un rinçage deux fois par jour.

Ces petites graines germées représentent donc un moyen efficace et élégant pour varier son alimentation quotidienne en la rendant plus végétale et plus vivante. On peut résumer ainsi leurs avantages :

Premièrement : Les graines sèches se stockent et se transportent facilement sans se dégrader.

Deuxièmement : On peut les faire germer chez soi, que l’on habite dans une maison ou dans un appartement. Le soin des graines qui germent ne prend que quelques minutes par jour.

Troisièmement : Les graines germées sont un concentré de substances génératrices de santé, substances que la vie sait façonner bien mieux que tous les laboratoires scientifiques.

Quatrièmement : Les graines germées sont très faciles à digérer et elles sont assimilables même par des organismes malades.

Cinquièmement : Les graines germées permettent de se nourrir avec un très petit budget.

Sixièmement : Le fait de cultiver des graines germées permet à la fois d’être producteur et consommateur, capable de contrôler la fraîcheur et la qualité de ses aliments.

Septièmement : Les graines germées permettent de renouer le contact avec la nature en devenant “jardinier d’intérieur”.

Huitièmement : En observant les processus de germination et de croissance des végétaux, chacun peut lire le “grand livre de la nature” et apprendre les lois de la sagesse et de l’harmonie.

Il arrive que des personnes désirent suivre nos stages mais n’ont pas les moyens financiers nécessaires. Nous les invitons alors à faire, pendant le mois précédent le stage, une cure de tournesol germé ! Elles vont ainsi faire d’importantes économies sur leur budget alimentation et arriver chez nous pour le stage dans une forme éblouissante. Ces stagiaires émerveillés par la puissance énergétique des graines germées, nous les avons baptisés les « stagiaires tournesol ». Leur dynamisme et leur joie de vivre donne aux autres participants un grand enthousiasme pour tenter à leur tour cette merveilleuse expérience de santé et d’économie financière !

Dans tous les pays du monde on trouve des graines. Les faire germer est la portée de chacun. Pour ce faire, il faut simplement sortir des idées reçues et des habitudes acquises.  Le jeu en vaut la chandelle car un corps humain qui reçoit les substances biologiques essentielles de la vie peut se guérir de tous les maux et assurer à chacun une vie dynamique, joyeuse et sereine.

Pour accéder à d’autres articles du docteur Christian Tal Schaller, rendez vous sur : www.santeglobale.info

Pour de plus amples détails, consulter (liste non exhaustive) :

Les graines germées de A à Z .Carole Dougoud Chavannes (Auteur), Christian Tal Schaller (Préface), Brian-R Clement (Préface).
-Graines germées – Saveurs et vertus. Belda Sisso (Auteur), Benjamin Hélion (Photographies)
-Les graines germées, livre de cultures. Marcel Monnier (Auteur), Christian Tal Schaller (Préface).

-Mangez des graines germées : 40 recettes pleine forme. Nathalie Cousin (Auteur), Carrie Solomon (Photographies).
-Graines germées l’alimentation vivante. Yolande Aury (Auteur)

Graines germées, des trésors pour votre santé. Christian Tal Schaller (Auteur)

L’alimentation vivante pour votre santé. Christian Tal Schaller et Johanne Razanamahay (Auteurs)

La nouvelle alimentation planétaire, universelle et consciente. Christian Tal Schaller (Auteur).

Christian Tal Schaller

Christian Tal Schaller

Docteur Tal Schaller est un médecin généraliste qui a dévoué la plus grande partie de sa carrière à la médecine holistique. Naturopathe, homéopathe, acuponcteur, ostéopathe, chaman et psychothérapeute, c’est un spécialiste de la médecine alternative. Pionnier de la santé, avant-gardiste, conférencier et écrivain, il a publié de nombreux ouvrages de référence sur les thèmes de la spiritualité et de la santé holistique. Il nous invite à sortir de l’hypnose collective pour vivre dans la joie et la conscience.

Sur le même thème :

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Une autre vision du corps

Une autre vision du corps

Le corps est un organisme vivant à part entière, à la fois complexe et extraordinaire, qui fonctionne de manière autonome et inconsciente. Ainsi il gère la digestion, soit la transformation d’aliments en énergie physique, il veille au bon fonctionnement et au nettoyage de nos organes et alimente constamment nos cellules en oxygène. Notre corps est doté d’une intelligence qui établit des actions ou adaptations dans le but de nous maintenir en vie. C’est ce que l’on appelle la loi d’homéostasie, le corps va naturellement chercher à ramener les différentes constantes physiologiques (température, tension artérielle etc…) à des valeurs normales à son juste fonctionnement.

Cependant, il arrive parfois que notre corps nous laisse ressentir des douleurs, des désagréments jusqu’à parfois développer une maladie. Dans notre société, la maladie est perçue comme quelque chose d’aléatoire et inévitable, « elle vous tombe dessus » et il vous faut lutter contre la maladie en prenant des médicaments. Cette idée autour de la maladie n’est pas juste.

La maladie est une réaction du corps qui cherche à se nettoyer, à se purifier. Notre organisme produit naturellement des déchets, par l’activité des cellules et le processus de digestion, qui sont éliminés par les organes émonctoires que sont le foie, la peau, les reins, les poumons et les intestins. Lorsque d’autres toxicités (pesticides, exhausteurs de goûts, pollution de l’air, stress, tabac, alcool etc…) viennent s’ajouter aux toxines produites naturellement, le corps entre en surcharge et s’encrasse progressivement. Lorsque l’organisme est surchargé, il va opérer un nettoyage qui va déclencher des maux caractéristiques du processus de détoxification en cours. Ces douleurs ressenties dans un état maladif sont des signaux qui informent que des réactions de nettoyages sont mises en place par le corps et que l’environnement dans lequel celui-ci se situe est inapproprié à son bon développement.

Ainsi, il est important d’être à l’écoute de son corps et de ses ressentis. Lorsqu’un symptôme survient, il est nécessaire de s’intéresser à ce qui a causé son apparition et non uniquement, s’attacher à sa disparition car si la cause n’est pas traitée, d’autres symptômes apparaitront. Prendre un médicament peut parfois s’avérer nécessaire dans certaines situations d’urgences, mais dans la plupart des cas, les médicaments prescrits par la médecine moderne se contentent de masquer les symptômes de la maladie. La prise de médication anti symptomatique à répétition annihile le processus d’élimination naturel du corps et entraîne une accumulation de déchets dans l’organisme, ce qui favorise l’apparition des maladies de civilisation (Cancer, Diabète etc…). Pour régler la cause d’une maladie, il faut s’intéresser à notre hygiène de vie, c’est-à-dire à notre alimentation, notre milieu de vie (qualité de l’air, état de stress chronique,…) et à nos actions quotidiennes (qualité du sommeil, pratique d’une activité physique,…). Agir sur ces facteurs positivement permet au corps de se soigner en mettant fin à ce qui cause ses troubles.

«Notre corps est notre jardin et notre volonté en est le jardinier » William Shakespeare

Être à l’écoute de son corps et de son langage est essentiel. Notre corps a de formidables capacités d’auto-guérison mais pour cela il faut être à son écoute et être prêt à mettre en place dans sa vie et son quotidien, les dispositions qui lui sont nécessaires pour se nettoyer et tendre vers un bon état de santé.

 « Si tu écoutes ton corps lorsqu’il chuchote, tu n’auras pas à l’entendre crier » Sagesse Tibétaine

Benjamin LOTIN

Sur le même thème

Naturopathie, un art de vivre

Plongez au coeur de la naturopathie, cet art de vivre s'appuyant sur une synthèse de méthodes naturelles au service de la santé. Découvrez ses origines, ses fondements, ses principes élémentaires et leurs modes d' applications pour optimiser sa santé dans toutes ses...

lire plus

La vie en abondance

Le corps répond à quatre lois de base primordiales : respirer, se nourrir, dormir et éliminer. Pour Irène Grosjean, naturopathe depuis 55 ans, l'alimentation joue donc un rôle essentiel : il s'agit d'offrir à son corps le carburant qui lui est le plus adapté. Cette...

lire plus

Suivez nous sur les réseaux sociaux

La Déforestation

La Déforestation

Deux secondes, c’est le temps qu’il faut à l’homme, pour que l’équivalent d’un terrain de football de forêt soit détruit. Si auparavant le bois nous servait principalement à nous chauffer et confectionner nos outils, aujourd’hui nous détruisons les forêts pour nous nourrir. 80% de la déforestation dans le monde est due à l’expansion agricole. Les principales zones touchées sont les forêts tropicales les plus anciennes. L’Amazonie, l’Indonésie et l’Afrique équatoriale sont ainsi devenues le nouvel Eldorado des promoteurs. Ces zones, après découpe, deviennent généralement des champs de soja OGM cultivés pour nourrir le bétail voué à la consommation humaine. Elles peuvent aussi devenir le lieu d’une monoculture de palmiers à huile, qui appauvrira les sols pour en extraire la célèbre huile de palme responsable de la destruction de 21% de la forêt indonésienne. La mondialisation et le libre-échange ont été un grand accélérateur du processus de déforestation et favorisent aujourd’hui, l’exploitation et l’importation de bois illégal, qui est devenu un fléau rentable, qui génère environ 30 milliards de dollars par an. En effet, 15 à 30% du bois vendu dans le monde serait de source illégale.

Toutes ces actions perpétuées inconsciemment par les consommateurs entraînent d’innombrables conséquences sur la biodiversité et le climat. Au cours de XXème siècle, les forêts du monde ont perdu la moitié de leur surface. Et de 2000 à 2012, 23 millions d’hectares de forêts ont été décimés. La déforestation qui s’attaquait auparavant aux forêts des zones tempérées, dévaste aujourd’hui les forêts tropicales qui disparaissent progressivement en emportant avec elles la biodiversité qu’elles renfermaient. Si bien que ce ne sont pas moins de 27 000 espèces animales et végétales qui disparaissent chaque année du fait de la destruction des forêts. La déforestation touche aussi directement l’espèce humaine, aujourd’hui 1,6 milliards de personnes dépendent du bois pour leur subsistance. Soit 21% de la population du globe. De plus, pour détruire ces hectares de forêts, il est nécessaire de déloger des peuples qui y vivent depuis des millénaires bouleversant donc leur mode de vie ancestral en les coupant de toutes ressources. L’homme, enfin, se prive aussi de l’un de ses poumons puisque 1/3 de l’oxygène que nous respirons, provient des forêts. Aujourd’hui, nous avons atteint un point où la déforestation est responsable, à elle seule, de 20 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde.

Et les évènements ne vont pas en s’améliorant avec la décision récente du gouvernement français et plus particulièrement du Ministère de la Transition écologique et solidaire de donner son assentiment à Total, d’importer de l’huile de palme pour la production d’agro carburants. La multinationale sera en mesure d’importer 300 000 tonnes d’huile de palme par an à la Raffinerie de Mède, près de Marseille, à partir de l’été 2018. C’est à dire une augmentation de 64 % de son importation en France.

Le phénomène de déforestation est souvent observé de loin, avec impuissance, par les populations occidentales. Pourtant ce sont elles qui ont la possibilité d’y mettre fin en réduisant leur consommation de viande et leur consommation de produit d’origine animale ou en adoptant un régime végétarien ou végétalien. Il en va de même pour la consommation d’huile de palme qui se retrouve dans la majorité des produits que l’on achète dans les supermarchés. Le choix d’une alimentation locale, saine et biologique apparait donc comme une des solutions pour réduire ce désastre. Un meilleur recyclage des déchets et l’utilisation de produits recyclés réduirait également le carnet de commande des déforesteurs.

Nous ne pouvons plus attendre un changement uniquement politique, une réelle prise de conscience et un changement du mode de consommation est nécessaire. La déforestation n’est pas inéluctable, elle résulte de choix quotidiens inconscients de milliards d’invididus. Il est temps de prendre conscience que nos actions ont un effet direct sur l’environnement et qu’il est aujourd’hui de notre responsabilité de choisir ensemble, un futur désirable.

« Les forêts précèdent les peuples, les déserts les suivent » Chateaubriand

Benjamin LOTIN

Sources : 

https://www.lemonde.fr/planete/article/2015/09/07/80-de-la-deforestation-est-due-a-l-agriculture_4747867_3244.html

https://www.reuters.com/article/us-china-timber-idUSBRE8AS08D20121129

http://www.fao.org/3/a-i4808f.pdf

http://www.fao.org/docrep/016/i3010f/i3010f.pdf

http://www.fao.org/forest-resources-assessment/explore-data/fr/

http://www.earthisland.org/journal/index.php/eij/article/missing_the_forest_for_the_trees/

Source Image : Campagne WWF contre la déforestation (2009).

Sur le même thème :

Suivez nous sur les réseaux sociaux